Les mairies de Bégrolles en Mauges

ABMB

Association de la Bonne Mémoire Bégrollaise

Le décret du 12 novembre 1789 réorganise l’administration de notre pays.

Il distingue trois niveaux, le département, le district et la commune. Avec la suppression des intendants de l’ancien régime et avant la création des préfets, c’est un procureur syndic qui représente la commune.

En 1789 pour le May dont dépendait la section de Bégrolles celui-ci était François Charles THARREAU.

– le nom de maire est applicable de par la loi du 14 décembre 1789 « le chef de tout corps municipal portera le nom de Maire ».

– Après des avancées et des reculs selon les régimes.

C’est la loi municipale du 5 avril 1884 qui clairement instituera l’élection. Ainsi c’est le suffrage universel qui désigne le conseil municipal, le conseil élisant le maire.

Les trois mairies

C’est la loi du 2 janvier 1850 qui distrait la section de Bégrolles du May et lui permet de devenir commune. A partir de 1920 on dira Bégrolles en Mauges.

Cette section comptait environ 1150 habitants.

Cette séparation nécessite une mairie. Où se trouvait-elle ?

Célestin Port (1878) la qualifie de réduit informe et obscur, à l’écart du chemin. L’école des garçons un autre gîte dans la cour. Le tout à réinstaller d’après les plans faits depuis longtemps mais délaissés.

Mes recherches déterminent son emplacement au fond de la place dite de l’Aire, proche de la nouvelle mairie mais en face.

Un acte de vente de 1877, désigne clairement l’immeuble « d’une maison servant actuellement de logement à l’instituteur et de mairie » voir annexe.

On y apprend également que « cette propriété communale appartenait à la commune du May qui l’a cédée à la commune de Bégrolles, lorsque la section de Bégrolles a été séparée de la commune du May ».

Par ailleurs en 1850, la parcelle cadastrale concernée est déclarée non imposable.

1ère réunion de Conseil

le Dimanche 6 octobre 1850

L’an mille huit cent cinquante le dimanche 6 octobre 1850 le Conseil Municipal de la commune de Bégrolles s’est réuni au lieu ordinaire de ses séances, sous la présidence de Monsieur le Maire.

Présents : Mrs Boumard René (adjoint), Louis Bidet, Barthélémy Boisdron, Elie Delaunay, René Landreau, François Tharreau, Mathurin Tharreau, Pierre Brevet, Gazeau Supiot, Pierre Ouvrard, Michel Robineau, François Barreau (Maire).

Le Maire expose au Conseil qu’il a désigné deux de ses membres pour faire partie de la commission cantonale chargée de choisir les jurés, le Conseil à l’unanimité désigne à cet effet Monsieur Tharreau Langevin (Mathurin) et Elie Delaunay fabricant.

A la troisième réunion, 17 novembre 1850, sera nommé le premier cantonnier M. René Colaisseau.

Le 13 juillet 1851 le Conseil adopte la proposition du Maire : acquisition d’une maison d’école pour les garçons qui serait l’ancienne maison des sœurs. Après travaux y trouverait place un logement pour l’instituteur et la mairie.

A mon avis, selon le cadastre, cette propriété était voisine à la mairie, mais ce n’est pas une certitude.

La construction d’une nouvelle mairie et maison d’école devient une nécessité. Le 2 avril 1877 un compte rendu de conseil mentionne un déficit que la commune doit combler le plus tôt possible, si elle veut achever l’œuvre commencée et dont elle a un extrême besoin comme mairie et comme école.

Le 13 mai 1877, on parle de matériaux provenant de la démolition de l’ancienne mairie. Un Conseil du 7 juillet 1878 nous indique une réception de travaux faite par le Conseil le 12 août 1877.

Je n’ai pas retrouvé de date précise du 1er conseil dans cette nouvelle mairie qui était initialement dans la pièce de gauche au 1er étage, les autres pièces servant de logement à l’instituteur.

Nous pouvons la situer vers 1877-1878.

Installation du téléphone (approuvée au Conseil le 9 janvier 1947) à la mairie.

Le dernier Conseil aura lieu le 6 mars 2006 dans la mairie de la rue des Mauges après environ 128 ans de service.

A partir du 3 avril 2006, ils se dérouleront au 11 rue d’Anjou.

Annexe de la mairie

Ecole des filles derrière l’église

Conseil du 25 juin 1922 approuvé le 18 juillet 1922

S/Préfet – le secrétaire général

Le Maire propose au Conseil, vu l’insuffisance du local de la mairie pour les réunions qui deviennent de plus en plus nombreuses : tournées du percepteur, du receveur des contributions indirectes, du contrôleur, vaccinations, visites des pupilles de la nation etc.. d’installer ces services dans une salle de classe de l’école des filles.

Le Conseil considérant :

Qu’aucun enfant ne fréquente l’école depuis un an, qu’il y a des salles de classe, qui ne servent à rien, accepte la proposition du Maire et décide qu’une porte sera ouverte, sur la route, qui donnera accès à la salle, sans aucune communication avec le logement de l’institutrice.

Pour cette école une salle sera louée « afin d’y entreposer des blés » à partir du 1er octobre 1934 à M. Boumard Barthélémy, Président de la société coopérative agricole de la commune de Bégrolles en Mauges.

Conseil du 23 février 1936 : locations à usage d’habitation des locaux sis à l’école communale des filles : à M. Dabin Léon, Melle Bodet Eugénie, Mme Pavageau, Mme Durand.

Origine de la nouvelle mairie

(acte d’achat daté du 10 décembre 2004)

M. Pierre Brevet pouvait habiter légèrement plus haut que l’actuelle mairie. Fabricant, il a acquis plusieurs parcelles, bâties et non bâties, de différents propriétaires.

C’est lui qui fit construire une nouvelle demeure, parcelle 546 bis. Cette maison est achevée en 1858 et sera imposable en 1861. Elle est caractérisée avec 18 ouvertures.

Parmi les parcelles acquises, une maison sera construite en 1853 et deux autres démolies la même année. Il est également précisé qu’en 1874, l’écurie non agricole change de destination avec également la maison probablement attenante.

M. Brevet natif d’Andrezé est décédé le 24 avril 1876 à l’âge de 67 ans et son épouse Madame Félicité Chupin native de Bégrolles, le 9 mars 1903 à 90 ans. Ils auront quatre enfants : Félicité, Jules, Pierre-René et Marie. La propriété après transaction entre les ayants droit revient à M. Pierre-René Brevet. Celui-ci décédera le 29 novembre 1911 sans héritier à 73 ans veuf en premières noces de Marie Alix Grasset et époux en secondes de Jeanne Félicité Chupin (1859-1928).

Par testament de ce grand oncle, M. Charles Morin deviendra le nouveau propriétaire le 19 décembre 1911. Célibataire, demeurant à Nantes, il vendra la propriété le 9 février 1914. Le nouvel acquéreur sera M. Joseph Eugène Mary, industriel en chaussures, marié à Madame Aimée Marie Tharreau.

Ils décéderont tout les deux en 1933 à l’âge de 53 ans le 29 décembre et le 24 avril, sans enfants, les héritiers seront les frères et sœurs, à l’exception d’un, qui vendrait le 2 décembre 1935 à M. Jean Marie Brel, commerçant et à Madame Jeanne Levêque son épouse.

Le 12 avril 1972 les nouveaux acquéreurs seront M. et Mme Michel Guérin puis ensuite la commune de Bégrolles en Mauges.

L’autofinancement de la municipalité sera de 329 389 €. Aucun emprunt ne sera réalisé, l’inauguration s’est déroulée le 23 septembre 2006.

Particularité : Cette demeure, avant de devenir Mairie, aura été la propriété de 3 Maires :

× M. Brevet Pierre 1859-1865

× M. Brevet Pierre-René 1878-1900

× M. Mary Joseph 1929-1933

Remerciements à : M. et Mme Daniel Benaiteau, M. Marcel Morinière, M. et Mme Michel Guérin, Mme Bernadette Mary.

Henri-Marie CHATAIGNIER,

Association Bonne Mémoire Bégrollaise

le 8 septembre 2006